Balance-justice

   Étonnant ! Alors que notre soi-disant communauté internationale, ramassis d’égoïsmes, foire d’empoigne en laquelle chaque état s’intéresse plus à son petit chez-soi qu’aux tsunamis risquant de noyer le monde, il est consternant de nous voir, nous autres promoteurs de la démocratie, jouer les père Fouettard  face à certains régimes… Ainsi l’embargo décrété contre un Poutine que les États-Unis soupçonnent de reconstituer son empire. Et si nous quittons le froid sibérien pour les contrées bibliques où les morts se comptent par milliers, si nous passons du plateau verglacé de la balance à celui, calciné, d’Israël et de la Palestine, nous nous voyons brutalement confrontés au silence infiniment révélateur de notre mauvaise foi, en bref à nos intérêts immédiats, je n’ose dire à notre impérialisme. Silence honteux auquel se joignent les petits soldats de l’OTAN, prochainement adhérents du grand Marché Transatlantique, générateur d’un conflit planétaire dont nul ne sortira indemne.

Tout cela parce que l’“ami américain“, au top de la puissance militaro-industrielle depuis l’effondrement de l’empire du goulag, voit d’un fort mauvais œil le redressement matériel et moral de son ennemi d’élection, rené soudain de ses cendres. Du coup, par  les chemins pétrolifères d’Afghanistan et d’Irak, guetté par un terrorisme qu’auront au fil des décennies engendré les Central Intelligence Agençy, MI6, Mossad et DGSI,  le voici encerclant l’empire en voie de reconstitution. En tapant du point sur la table, certes, mais surtout en pestant avec d’autant plus de vigueur que la Russie n’est plus la seule nation à vouloir tordre le cou de l’Occident et, pire encore, de vouloir le mettre sur la paille par le biais d’un billet vert affaibli valant bientôt moins d’un quart de roupie. Déjà que les BRICS ont entrepris de foutre en l’air le FMI, la Fed et la planche à dollars, que les Chinois et Indiens s’en occupent de même, que l’Afrique du Sud s’y emploie elle aussi… — bon sang de bon sang… pourvu que Merkel tienne le coup et que Holland, oh my God, que Holland, ce ventre mou, n’aille pas se mettre en tête, pour des raisons de morale socialiste, de venir en aide aux Gazaouis !

Une balance, deux plateaux ? Eh bien deux poids, deux mesures, et que s’arrache les cheveux la planète des Guignols !