XVM4d46c15c-1466-11e6-977b-af28db578a2f

Wikipédia nous donne un exemple probant de la faisabilité de la démocratie en permettant le dépassement des affects grâce à internet et à l'anonymat sur lequel il repose , ainsi qu'à l'autorégulation par des règles précises plutôt que par le vote.

Utilisant maintenant l'analogie en sens inverse : imaginons que Wikipédia se serve, pour écrire collectivement ses articles, de la même méthode que celle utilisée par nos élus pour écrire la loi. Des groupes d'internautes, même  très limités en nombre, produiraient pour un même article une série de textes différents. Le choix de la version publiée n’exprimant plus une conformité à certains critères de qualité mais des opinions, il en résulterait, outre des débats stériles, une perte de qualité, d'énergie et d'expertise. Par contre, grâce au système d'autorégulation mis au point par Wikipédia, chaque auteur potentiel peut enrichir le texte unique (en cours de rédaction) de sa vision particulière en l'inscrivant dans la vision globale délimitée par les règles.

La même critique du vote s'applique à l'écriture des lois : le vote ne garantit nullement qu'elles soient conformes à la volonté générale. Seules, des preuves de leur conformité le peuvent.

Parmi les règles garantissant la conformité à la volonté générale il en existe au moins une, d'une grande efficacité : une décision ne peut être conforme à la volonté générale si elle permet à un groupe social d'avoir autorité sur un autre.

Une telle règle élimine entre autres la Loi Travail en tant qu'expression de la seule volonté du Medef et de quelques fonctionnaires européens non élus..

Ce billet est tiré d'un texte de Pierre N. en cours d'élaboration selon cette même méthode.

.