06 janvier 2016

Terroristes, commémorations, foutage de gueules

 La France a beaucoup de chance : non seulement elle s’est dotée d’un président aux petits oignons, mais elle a hérité, grâce à lui, d’un gouvernement qui ne recule devant aucune commémoration, aucun dépôt de gerbe — sauf bien sûr sur les lieux des assassinats qu’elle a elle-même commis. Parce que, vous comprenez, l’honneur de la République se confond avec l’honneur de la Police, gardienne de la paix des bourgeois. Alors, les quelques Juifs transbahutés à Pitchipoï, les quelques morts de Charonne, les quelques bougnoules... [Lire la suite]