Unknown

 

Formidable meeting de JLM à Dijon, simultanément dans six autres villes. Meeting auquel j’ai assisté en direct devant l’écran de mon ordinateur. Là, plus de 50 000 vues en fin de course, donc aux environs de 100 000 si l’on additionne l’ensemble des spectateurs présents dans les sept villes. Et ce matin, surprise attendue mais non moins réjouissante : 273 000 sur You Tube… Mais laissons-là les chiffres. Le plus remarquable fut l’argumentaire de Jean-Luc,  doublé de son talent pour se mettre au niveau de ses semblables, de leur faire prendre conscience de la situation, de les aider à réfléchir. Que nous sommes loin de l’hystérie d’un Macron, de la bien-pensance d’un Fillon et des rodomontades d’une Jeanne d’Arc de foire distribuant à tout-va les postillons de son tous pourris.

De ces trois là, gageons que les deux mâles seront éliminés sitôt glissés dans l’urne les premiers bulletins de vote. Car Hamon et Poutou ont déclaré qu’ils se désisteraient en  faveur de JL. Ce qui signifie que le vote utile longtemps utilisé par les caciques du Parti Socialiste va se retourner contre eux. Et que nombre d’électeurs de gauche, conscients des enjeux, vont voter pour la France Insoumise dès le 23 avril. Ce qui fera passer notre héraut devant François Fillon et Emmanuel Macron, pitoyables guignols d’une monarchie à bout de souffle. Restera la Madame, qui doit déjà pisser dans sa culotte au souvenir de sa bérézina télévisée de 2012, alors qu’elle brassait ses paperasses à la recherche d’une porte de sortie. De quelle manière pourrait-elle en effet, tandis qu’elle patauge à plaisir dans les égouts d’une Cinquième République devenue nauséabonde,  brandir son étendard en lambeaux devant un homme baigné d’universel !

Et puis réfléchissons… Que nous a confié JLM hier soir ? Qu’il n’était pas meilleur que nous, jeunes et  moins jeunes qui lui prêtions une oreille attentive et complice, ni plus intelligent, mais qu’il avait accompli un chemin plus long que ne l'était le nôtre et qu’il cristallisait en lui les espérances et les désirs de tous.

Comment, dans ce cas, ne pas voter pour lui ? Et comment, alors que nous sommes au bord du gouffre et simultanément au seuil des galaxies, ne pas oser sortir de l’enclos de nos pensées de petits bourgeois étriqués et nous livrer au monde, nous incliner devant les merveilles que nous offre la Création ?

Car JLM n’est ni le papa que fut le Général de Gaulle, ni le tonton que fut François Mitterrand. Il est la résultante de ces deux-là, le grand frère qui nous invite à nous aimer. Notre semblable donc.

À ses côtés, devenons adultes ! 

 

PS : doutant de la victoire du progrès, j'ai tenté de réunir le général Didier Tauzin, que je salue ici, François Asselineau et JLM. Seul, Asselineau m'a répondu : il fallait au préalable sortir de l'UE, de l'euro et de l'OTAN. Drôle de manière de concevoir un dialogue ! Mais je n'ai rien à regretter : Asselineau continue de cracher sur un Mélenchon réservant quant à lui son mépris à ceux qui s'imaginent l'abattre, et vous savez lesquels.